00%
MENU
Retour aux Tapisseries Retour aux Tapisseries
Tapisseries modernes
Tapisseries contemporaines

La Sprinteuse

Philippe Hiquily
H. 200 x L. 150 cm

Tapisserie d’après l’œuvre homonyme (encre de Chine sur papier, 1989)                 

France, Aubusson

Tissée en laine et coton (trame en laine, chaîne en coton)

Edition 3/3, Edition Galerie Chevalier avec le Comité Hiquily

Monogramme de l’artiste tissée en bas au centre

 

Nous contacter pour en savoir plus Nous contacter pour en savoir plus

Philippe Hiquily, né à Paris en 1925 et mort à Villejuif en 2013, est une figure de la sculpture de la seconde moitié du XXe siècle, et particulièrement du travail du métal, aux côtés de son ami César Baldaccini, dont il fait la rencontre aux Beaux-Arts de Paris en 1947. C’est d’ailleurs au sein de l’Académie et dans l’atelier de Gimond Janniot que Philippe Hiquily découvre le travail du fer, qui apprivoisé d’années en années, donnera les sculptures en bronze qui font aujourd’hui encore sa renommée. De l’Ecole des Beaux-Arts, il obtient le Prix de Sculpture en présentant son œuvre Neptune. A la suite de ce cursus où il apprend les techniques élémentaires de modelage, Philippe Hiquily s’intéresse à la Grèce, à la Préhistoire et plus particulièrement à l’archéologie dont il s’imprègne des codes au Musée de l’Homme. Au même moment, il découvre le travail de Julio Gonzalez au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, et notamment la technique de la soudure autogène, dont il va se nourrir pour élaborer ce qu’il nomme le Métal Direct. En 1954, il s’installe rue Raymond Losserand, dans un atelier qu’il occupe jusqu’en 1988, et qui lui permet de travailler librement, en accord avec son rejet de tout système ou de tout mouvement. Philippe Hiquily explore les possibilités de deux principaux matériaux : la tôle de fer rouillée et oxydée à l’acide, et le laiton, toujours, de récupération

Philippe Hiquily , Artiste et designer
Découvrir l’artiste / designer Découvrir l’artiste / designer

Découvrez également